Sommaire
1. Regarder la vidéo de la prière des malades
2. L’assemblée de prière, une grâce de Pentecôte
3. Prier pour la guérison (conseils)
4. Prière du Père Tardif

 

1. Regarder la vidéo de la prière des malades

 


2. L’assemblée de prière, une grâce de Pentecôte

L’assemblée de prière de St-Nicolas-des-Champs réunit des personnes en recherche de Dieu, chrétiens ou non, qui prient au nom de Jésus Christ vivant, présent et agissant dans son Église : « En effet, que deux ou trois soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux » (Mt 18, 19-20). Au début de la prière, nous nous saluons mutuellement pour former une communauté vivante et solidaire.

La foi vive dans la présence du Christ ressuscité, Seigneur et Sauveur, est essentielle. Ceux qui ne l’ont pas encore peuvent s’appuyer sur la prière de l’assemblée. Chacun est ainsi appelé à faire l’expérience mystérieuse de l’effusion de l’Esprit, de ses dons et charismes, et à découvrir en Jésus l’amour du Père.

La louange

La prière de louange, joyeuse et confiante, est caractéristique de cette assemblée de prière. Elle est bénédiction, action de grâce pour célébrer Dieu autant pour ce qu’il est que pour ses dons et pour tout ce qu’il va accomplir dans nos vies. Elle exprime l’espérance chrétienne et manifeste une même communion de foi : « Tous, nous les entendons publier dans notre langue les merveilles de Dieu » (Ac 2, 11).

La louange est une action de grâce et un acte de confiance en Dieu qui nous aime. Elle dit sa bonté, sa justice, son amour, sa fidélité, sa gloire, sa force, ses hauts faits. Elle nous éveille à la vie de foi, nous décentre de nous-mêmes et nous aide à nous tourner vers Dieu. Elle jaillit avec spontanéité à travers des chants et est accompagnés d’exhortations prophétiques. Elle engage tout l’être en s’exprimant éventuellement par des attitudes corporelles (bras élevés, battements de mains), comme dans la plus ancienne tradition biblique, en particulier celle que les psaumes nous rapportent.

 

L’écoute de la Parole de Dieu

Elle tient une grande place. Au cours de la prière, lecture est faite d’un texte de la Parole de Dieu : « Que la Parole du Christ habite chez vous en abondance » (Col 3,16).
Ainsi se réalise progressivement une découverte ou un approfondissement de la Bible (Ancien et Nouveau Testament) qui vient nous transformer. Elle est en effet reçue comme une parole vivante et actuelle à travers laquelle Dieu parle au cœur de chacun, qu’il soit croyant ou non, pour l’exhorter, le construire, le consoler, le guérir, l’envoyer. Cette proclamation de la Parole appelle une écoute attentive pour la garder, la partager, la transmettre, la mettre en pratique.

La prédication et les témoignages

La prédication, qui est exhortation et enseignement, nous rappelle que Jésus agit aujourd’hui comme hier et que sa parole doit s’accomplir dans nos vies. Elle est un appel à la conversion pour rendre possible l’action de l’Esprit Saint dans le cœur de ceux qui écoutent. Elle est un chemin de guérison du corps, de l’âme et de l’esprit.

Ces différents aspects : enseignement, prédication, exhortation se retrouvent d’ailleurs dans le discours de Pierre à la Pentecôte (cf. Ac 2, 22-38) : « Dieu l’a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous, vous avez crucifié ; Repentez-vous, et que chacun se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés. Et vous recevrez le don du Saint Esprit. »

La prédication est suivie de témoignages de guérisons et de grâces reçues qui sont des signes de la présence du Royaume de Dieu au milieu de nous, de l’amour du Père pour chacun. A travers ces témoignages, nous prenons conscience de l’action puissante du Christ dans cette prière et nous grandissons dans la foi et l’espérance. Ces témoignages sont donnés pour édifier les participants et suscitent l’action de grâce pour les merveilles que Dieu fait dans le cœur de ceux et celles qui croient et espèrent en lui. II est la Vie et il agit.

 

La conversion et les guérisons

Dans l’assemblée de prière, certains peuvent commencer ou poursuivre une véritable conversion. Celle-ci peut être suscitée par les guérisons qui se réalisent dans l’assemblée, lors du passage du St Sacrement, c’est-à-dire de Jésus réellement présent dans l’hostie. Cette hostie présentée à l’adoration de tous dans l’ostensoir est le pain sans levain qui a été consacrée lors de la messe et qui est devenu, selon les paroles mêmes du Christ, sa chair.

Les paroles de connaissance, qui viennent de charismes confirmés et qui n’ont rien à voir avec de la voyance, annoncent l’œuvre de Dieu au milieu de nous. Elles sont reçues de l’Esprit Saint pendant la prière et décrivent les guérisons que Jésus accomplit et les grâces qu’il accorde. Elles devront être confirmées par des témoignages pour être reconnues comme certaines.

Cette expérience d’abandon à l’Esprit Saint produit un renouveau de foi, d’espérance et de charité. En nous ouvrant à une plus grande disponibilité à l’Esprit Saint, nous vivons une rencontre personnelle avec le Christ qui nous fait chercher la volonté du Père. Nous découvrons aussi le mystère de l’Église comme Peuple de Dieu, Corps du Christ et Temple de l’Esprit. Cela doit nous conduire à accueillir l’enseignement de l’Église et à vivre la vie sacramentelle, quand c’est possible, et l’engagement missionnaire.
« D’entendre cela, ils eurent le cœur transpercé et ils dirent à Pierre et aux apôtres : Frères, que devons-nous faire ? » (Ac 2, 37).

 

 

La vie fraternelle et la charité

Cette redécouverte personnelle, mais avec d’autres, du Christ vivant est le fondement de toute conversion. Elle se traduit par un nouvel amour, certes pour Dieu, mais aussi pour les autres que l’on reçoit comme frères et sœurs dans le Christ. Ainsi se réalise une nouvelle prise de conscience de la dimension communautaire de la vie chrétienne, dimension qui se vit ensuite autant que possible dans le couple, la famille, avec les amis et dans la communauté d’Église. Cette vie fraternelle s’exprime en particulier par l’accueil des personnes nouvelles, l’attention mutuelle les uns aux autres, la disponibilité aux plus pauvres et aux plus blessés.

(texte partiellement inspiré par une réflexion de Pierre-Yves Champfort)


3. Prier pour la guérison

Vous désirez obtenir du Seigneur une guérison. Vous désirez une prière de guérison…

Tout d’abord, nous vous déconseillons d’aller voir un marabout, une voyante, un médium ou autre guérisseur, même lorsqu’il prétend faire des prières sur vous… Ils peuvent parfois vous guérir, mais vous risquez de voir beaucoup d’autres problèmes beaucoup plus graves vous tomber dessus parce que cela ouvre souvent des portes aux forces du mal…

Témoignage de Thierry, « ancien guérisseur », lui-même guéri à la prière des malades :

Nous vous déconseillons absolument de porter un talisman. La pratique de la radiesthésie est hautement dangereuse, quand elle fonctionne avec le monde des esprits… Par contre, nous vous recommandons de porter une croix, la médaille miraculeuse de la rue du Bac, la médaille de St Benoît (qui protège des anges mauvais).

Il y a beaucoup de livres de guérison et de prières de guérison. Là aussi, faites attention ! Certains livres mêlent sans le dire explicitement la foi chrétienne à des choses qui lui sont opposées. Par exemple, les prières de l’abbé Julio — bien connues dans le monde de l’ésotérisme — sont clairement ésotériques et toxiques. Ainsi en est-il aussi des livres du père Jean Jurion — la radiesthésie peut être dangereuse, quand elle est faite sur les personnes…

Nous vous conseillons avant tout les prières que l’Eglise vous propose : le Notre-Père, le Je vous salue Marie, le chapelet, la prière des Psaumes, l’invocation du Nom de Jésus… Vous pouvez aussi reprendre un récit de guérison dans un évangile et redire les paroles de la personne qui demande à Jésus d’être guérie…

Mais sachez que c’est Dieu qui décide qui il guérit. Et, pour nous guérir, il nous invite à entrer en dialogue avec lui, à lui faire confiance et à nous laisser guider par lui comme un enfant. Pour cela, il faut accepter de commencer une vie de prière, d’écouter la parole de Dieu, de lui demander la force de nous convertir à l’amour vrai…

On ne peut pas faire pression sur Dieu ou acheter ses grâces. Il n’y a pas de prière magique qui marche à tous les coups. Il faut demander au Seigneur de nous donner une foi profonde, une foi vivante. Dans les Evangiles, ceux qui sont guéris poussent souvent simplement un cri de détresse ou de confiance vers Jésus : « Jésus, Fils de David aie pitié de moi ! » (Lc 18, 38) , crie l’aveugle à l’entrée de Jéricho. « Jésus, Maître, aie pitié de nous ! » (Lc 17, 13) disent les dix lépreux en élevant la voix pour être entendu de lui. La vraie humilité touche toujours le cœur de Dieu pour qui rien n’est impossible (Lc 1,37).

Les enseignements de la prière des malades, qui s’appuient toujours sur la Parole de Dieu, sont conçus pour vous aider à vous ouvrir aux grâces que Jésus veut vous donner et à avancer dans votre foi. En écoutant les témoignages, vous découvrirez les chemins par lesquels les personnes guéries ont obtenu une grâce.

On n’obtient pas forcément une guérison la première fois que l’on vient à la prière des malades. Dieu nous demande d’être persévérant.

Durant la prière des malades, lorsque le Saint Sacrement, c’est-à-dire Jésus lui-même, passe dans la foule, des paroles de connaissance, qui sont le fruit de charismes (1ère épitre aux Corinthiens, chapitre 12), sont données par des personnes du groupe d’animation. Les charismes sont des dons de l’Esprit-Saint et le charisme de connaissance n’a rien à voir avec un don de voyance.

Les personnes, qui donnent au micro des paroles de connaissance, ont un charisme qui a été confirmé grâce au fait que leurs paroles sont notées sur un cahier et confrontées aux témoignages des personnes guéries ou ayant reçu une grâce. Quand une personne est guérie, c’est toujours Jésus lui-même qui guérit.

Si vous pensez avoir obtenu une guérison pour vous-même ou pour une personne pour qui vous priez, demandez au Seigneur la grâce de l’accueillir avec foi. Certaines guérisons sont instantanées — y compris pour des maladies très graves ou des dépressions profondes —, d’autres prennent un certain temps — quelques jours, quelques semaines… Il y a parfois des cas où les symptômes disparaissent puis réapparaissent quelque temps après. C’est alors un appel à sortir du doute et à faire un acte de foi simple et profond. Le Seigneur confirmera alors la guérison…

Par contre, comme nous le rappelons à la fin de chaque prière, nous vous demandons de ne jamais arrêter un traitement médical tant que le médecin n’a pas lui-même confirmé votre guérison. Autrement dit, la guérison n’est certaine… qu’une fois qu’on est guéri.

Quand on est guéri, on est invité à se mettre au service de Dieu et des autres selon ses possibilités. Dieu laisse chacun libre de ses actes. La guérison n’est qu’un moyen qu’il nous offre pour nous encourager à aller vers le Ciel où nous serons éternellement heureux, si nous cherchons à faire sa volonté sur la terre.


4. Prière du père Tardif.

Pour finir, nous vous proposons une prière écrite par le père Emiliano Tardif qui est aujourd’hui décédé et par qui Dieu a accompli des milliers de miracles :

« Père très bon et miséricordieux, Toi qui nous a appelé à une profonde intimité avec Toi pour nous communiquer Ta nature divine, nous Te demandons de répandre sur nous un esprit de prière et de louange pour pouvoir entrer en pleine communication avec Toi par Ton Esprit Saint.

La prière et la contemplation sont des dons gratuits de Ta bonté. Donne-nous, nous T’en supplions, ces dons pour que nous puissions prier sans cesse.

Que Ton Esprit Saint, Esprit de filiation, témoigne de Ton amour afin que nous nous sentions aimés et que nous vivions comme Tes enfants, libérés de la peur. Fais grandir notre foi en Ton amour pour nous ayons confiance en Ta parole et que nous fassions nôtre chacune de Tes promesses.

Augmente notre espérance pour que nous soyons sûrs que, quand toutes les portes se seront fermées devant nous, il y aura toujours une solution : la Tienne.

Si tu le veux, Tu peux nous guérir, nous purifier et nous transformer. Cela ne dépend que de Ta volonté, aie de la compassion pour nous. Avec toute notre foi nous Te crions : « Jésus, fils de David, aie pitié de nous, parce que celui que tu aimes est malade et a besoin de Toi. »

Dans le feu de l’amour, Stock/ Editions de l’Emmanuel, 1994, p.230.


Nous vous proposons aussi ce texte inspiré de la prière que Jésus a apprise à saint Faustine : « Jésus, j’ai confiance en toi ! »

jesus_misericorde.jpg

Pourquoi est-ce que tu paniques et tu t’agites face aux problèmes de la vie ?

Lorsque tu as fais ton possible pour essayer de les résoudre,
laisse-moi le reste.
Si tu t’abandonnes à moi,
tout s’arrangera avec tranquillité selon mes desseins.
Ne désespère pas, ne m’adresse pas une prière agitée,
comme si tu voulais exiger de moi que j’accomplisse ce que tu désires.
Ferme les yeux de ton coeur et dis-moi avec calme :
« Jésus, j’ai confiance en toi ! »

Evite les soucis, les angoisses et les pensées
sur ce qui pourrait arriver par la suite.
Ne piétine pas mes plans en essayant…
Laisse-moi être Dieu et agir avec liberté.
Abandonne-toi à moi avec confiance.
Repose-toi sur moi et laisse ton futur entre mes mains.
Dis-moi régulièrement :
« Jésus, j’ai confiance en toi ! »

Ne sois pas comme le patient qui demande au docteur de le soigner
mais qui lui conseille comment s’y prendre.
Laisse-toi porter sur mes mains.
N’aie pas peur. Moi je t’aime.
Si tu penses que les choses se sont empirées et compliquées malgré tes prières,
continue à me faire confiance.
Ferme les yeux de ton âme et aie confiance.
Continue de me dire chaque jour :
 » Jésus, j’ai confiance en toi !  »

J’ai besoin de mains libres pour agir.
Ne me les lie pas avec tes soucis inutiles.
C’est ce que veut Satan :
 » t’agiter, t’angoisser, t’enlever la paix « .
Confie-toi seulement à moi.
Alors, ne t’inquiète pas.
Donne-moi toutes tes angoisses et dors tranquillement.
Dis-moi toujours :
«Jésus, j’ai confiance en toi ! »

Et tu verras de grands miracles.
Je le le promets par mon amour.

Souviens-toi toujours :
« Fais-moi confiance. »