« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ! »

« Celui-ci est mon Fils  bien-aimé, écoutez-le ! »

Telle est la parole venue des Cieux et que Pierre, Jacques et Jean ont entendue alors que Jésus était transfiguré devant eux. Elle fait partie du cœur du message évangélique. Jésus, en effet, n’est pas seulement un homme doué de talents, ou revêtu d’une force exceptionnelle; il n’est pas non plus un prophète de l’Ancien Testament qui serait ressuscité, non, il est bien plus que cela. Il se caractérise par un mystère qui demeure caché en Dieu, tant que Dieu ne le révèle pas: Il est le « Fils du Dieu vivant », et de ce fait, Dieu au même titre que le Père, Un avec Lui et avec le Saint-Esprit.

Quelques versets plus haut, Jésus avait expliqué à Pierre, qui avait confessé : « Tu es le Fils du Dieu vivant ! », qu’une telle confession venait d’une révélation donnée par le Père. Et voilà que, sur la Montagne, ce n’est plus simplement Pierre, mais également Jacques et Jean, qui ont part à cette révélation; et en l’ouvrant ainsi à d’autres que Pierre, l’Évangile montre que Dieu veut l’ouvrir à nous tous. Nous l’entendons en effet à notre tour aujourd’hui, alors que nous sommes invités à écouter Jésus : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ». Pourquoi donc cela nous est-il révélé, et pourquoi avons-nous à écouter Jésus – c’est-à-dire, à le suivre et à être son disciple ? Parce que le Père a un projet, qui lui tient à cœur : faire de nous ses fils et ses filles, les frères et sœurs de Jésus. Or, voilà justement pourquoi Dieu a « inventé » le Carême: pour faire de nous ses fils et ses filles, qui écouteraient la voix de son Fils et lui accorderaient leur amour.

Telle est donc l’étoile qui guide notre marche : écouter le Fils, et devenir, à son image, fils et fille du Père !

Par le Père Olric de Gélis

 

Peinture de Raphaël