« Parlons de la sagesse de Dieu »

« Parlons de la sagesse de Dieu »

Parle-t-on encore de sagesse aujourd’hui ? Y-a-t-il encore une quête de la sagesse ? Le mot semble démodé. En 2020 ne se préoccupe-t-on pas davantage de son épanouissement personnel ? Cependant la sagesse n’est-elle pas également désirable ? Mêlant l’habileté et la prudence dans la conduite de sa vie, elle nous promet un bonheur qui ne sera pas au détriment de nos frères et sœurs en humanité.

Or, appelés à scruter les Saintes Écritures qui contiennent de nombreux écrits de sagesse tels le Psautier, les livres de Qohélet, des Proverbes ou de la Sagesse de Salomon, nous ne pouvons pas négliger la sagesse. Du reste, ne pourrions-nous pas faire des économies en cherchant d’abord la sagesse dans ces écrits au lieu de dévaliser les rayons « Développement personnel » de nos librairies ? Plus sérieusement, dans cette recherche, nous découvrirons que la sagesse à acquérir dépend de notre communion avec Dieu. Les Écritures attestent en effet que c’est en accueillant la Sagesse que Dieu possède – car il la possède plus que tout autre ! – que nous serons sages ! Or, tout en affirmant que la Sagesse de Dieu a été révélée aux chrétiens, st Paul nous apprend ce dimanche qu’elle dépasse tout ce que nous aurions pu imaginer. Pour le chrétien, être sage prend alors la forme surprenante, et parfois déroutante, de l’imitation de Jésus. Par exemple, en écoutant l’enseignement que Jésus délivre dans l’évangile de ce dimanche sur l’accomplissement de la Loi, nous sommes un peu contrariés. « Comme c’est exigeant ! », pensons-nous, animés par la tentation de renoncer à suivre ce maître.

C’est alors que nous devons simplement nous demander si nous croyons qu’il est plus sage que nous.

Par le  Père Philippe de Forges