« Le Christ, Roi de l’Univers »

« Le Christ, Roi de l’Univers »

Un homme pendu au bois de la croix en train de mourir; un homme abandonné par ses proches. Voilà l’Évangile de ce dimanche pour célébrer le Christ, Roi de l’Univers. Un drôle de roi, un roi sans armée, sans palais, sans richesse.

Jésus ne s’est jamais proclamé roi ; ce sont les gens du pouvoir qui le disent, sous forme d’accusation ou de moquerie. Cependant, Jésus a été acclamé comme roi, quand il entrait à Jérusalem. La foule de ses disciples criait sa joie: « Béni soit celui qui vient, le roi, au nom du Seigneur! » Luc nous dit que c’est « pour tous les miracles qu’ils avaient vus » que la foule l’acclamait comme roi. Mais ils ne voulaient pas voir que ce roi était assis sur un âne, ils ne comprenaient pas que ce roi n’est pas comme les autres, comme on le rêve, plein de puissance et de gloire, prêt à détruire vos ennemis et régler tous vos problèmes.

Drôle de roi dont les sujets sont pauvres, boiteux, aveugles ou sourds, voire prostitués, mais qui sont aussi et en même temps des hommes et des femmes remis debout, rendus à leur fierté et à leur dignité.  Leur dignité d’hommes, leur dignité d’enfants de Dieu.

Car Jésus est le Messie, l’Élu de Dieu qui proclame et inaugure le Royaume de Dieu.

Un seul le reconnaît sur la croix : c’est le malfaiteur qui reconnaît ses péchés. Sa prière est très humble. Aucun miracle demandé, aucun soulagement de sa souffrance et de sa mort toute proche. Mais seulement ceci : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » Et Jésus lui déclare : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » Il est le premier sauvé. Et nous, que demandons-nous à Jésus ? Ne nous trompons pas de roi.

Par le Père Christophe Aubanelle