« Vous brillez comme les astres dans l’univers »

« Vous brillez comme  les astres dans l’univers »

Le 10 septembre 1946, dans le train de Darjeeling qui la conduit à sa retraite annuelle, Mère Teresa entend la voix du Seigneur : « Sois ma lumière ! Va parmi les pauvres, porte-moi avec toi en eux ! ». Cet appel de feu suscitera des milliers de vocations pour servir et aimer au nom de Jésus les plus pauvres et abandonnés d’entre tous. Mais comment est-il possible d’être une lumière pour le monde ? Sainte Teresa de Calcutta était avant tout une femme baptisée, elle avait reçu la lumière du Christ.

Les quatre baptêmes que nous avons la joie de célébrer ce dimanche sont une chance pour nous de raviver le don gratuit de Dieu : la lumière est en nous, elle ne demande qu’à jaillir ! L’évangile de la guérison des dix lépreux, que nous proclamons aujourd’hui, indique une voie sûre pour relancer la grâce de notre baptême. Malheureusement, dans l’Église comme dans la marche de Jésus vers Jérusalem, bien peu la pratiquent ! Un seul lépreux revient en effet sur ces pas, voyant qu’il est guéri : « Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce » (Lc 17,16). D’autres versions traduisent même : « il tomba sur le visage ». Quel est le sens de ce geste ? Le lépreux samaritain se prosterne devant la bonté de Dieu et il le remercie, c’est évident, mais bien plus, il se relève transformé. Dire merci à ceux qui nous font du bien, c’est comme recevoir une seconde fois. Avec notre Seigneur plus encore, le remercier, lui rendre grâce, c’est à nouveau faire briller sa lumière sur notre visage !

Parmi les rites du baptême, nous pourrons aujourd’hui fixer notre attention sur la remise du cierge et sur l’onction du Saint-Chrême, cette huile bénie par l’évêque, signe que notre adoption divine n’est pas faite pour être cachée mais pour transparaître aux yeux du monde (Ps 103,15).

 

Par le Père Benoît d’Arras