« Viens et suis-moi »

« Viens et suis-moi »

« Ils sont finis les jours de la Passion, suivez maintenant les pas du Ressuscité : suivez-le désormais jusqu’à son royaume où vous possèderez enfin la joie parfaite. Amen ! » Telle est la troisième bénédiction solennelle de Pâques. Le Christ ressuscité est assis à la droite du Père, dans le royaume de la joie parfaite, du bonheur sans fin. Ressuscité avec lui, nous sommes invités à le suivre même si nous ne voyons plus avec nos yeux de chair. De fait, nous pouvons toujours le contempler, mais avec les yeux de la foi, nous pouvons sentir sa présence dans cette pérégrination en ce monde où tout semble indiquer que le mal l’emporte sur le bien.

Le Christ ressuscité, en nous invitant à sa suite, est bien au parfum de toutes les contradictions, de toutes les oppositions de l’humanité à son message (sa Parole) et à celui de ses disciples. Il y a deux milles ans, il prévenait ses disciples : « si l’on traite ainsi l’arbre vert, que deviendra l’arbre sec » (Luc 23,31). Frères et sœurs, la suite du Christ demande que nous soyons constamment frais et non secs. Pour y parvenir, le disciple, comme une branche, est appelé à demeurer branché sur le tronc de l’arbre de Vie qu’est le Christ.

Amis du Christ, la sève nourricière en nous, c’est l’Esprit du Ressuscité, qui habite en nos cœur et qui est la source intarissable de cette joie et de cette paix que Dieu seul donne à ses enfants ; joie et paix que personne ne peut nous nous ravir, sauf nous-mêmes. Ainsi, si le Christ nous a libéré, c’est pour que nous ne soyons pas esclaves de ce monde qui passe, mais plutôt esclaves de l’amour miséricordieux du Père, c’est-à-dire dépendant de son amour indéfectible. Ainsi serions-nous ses témoins dans la puissance de l’Esprit Saint.

Joyeuse résurrection à tous et fructueuse préparation à la solennité de la Pentecôte.

 

Par le père Roger Ettien