Dimanche de « Laetare »

Dimanche de « Laetare »

Ce 4ème dimanche de Carême est celui que l’on appelle, dans la liturgie, le « dimanche de Laetare », et se marque de la couleur rose. Un autre dimanche semblable ponctue le temps de l’Avent, que l’on appelle « dimanche de Gaudete ». Ces noms viennent des antiennes latines que l’on chantait au début de la célébration de la messe : au 3ème dimanche de l’Avent, l’ancienne liturgie chantait : « réjouissez-vous dans le Seigneur (gaudete in Domino), je vous le répète, réjouissez-vous sans cesse ». Et au 4ème dimanche de Carême : « réjouis-toi Jérusalem (laetare Jerusalem), rassemblez-vous tous, qui l’aimez, soyez dans le bonheur et la joie, vous qui étiez dans la tristesse ; soyez plein d’allégresse et venez puiser auprès d’elle votre consolation » (cf. Is 66, 10-11).

Nous sommes ainsi invités, à travers la liturgie de ce dimanche, à prendre au sérieux l’appel de Dieu à la joie. Le récit de l’Évangile nous rappellera justement que Jésus est la « lumière du monde », c’est-à-dire, toujours selon le même Is 61, 1-2, Celui qui vient ramener « les captifs à la lumière » et « proclamer une année de bienfaits de la part du Seigneur ». Toujours la joie ! Depuis des siècles, l’Église voit dans ces paroles la promesse de sa consolation. Chaque jour, elle en fait l’expérience, et c’est pourquoi elle se « réjouit », tout comme Marie que l’on a fêté le 25 mars dernier. En ces temps qui sont les nôtres, l’Église et l’Épouse nous disent, de la part du Seigneur : « laetare », « réjouis-toi ». Ne prenons donc pas trop au sérieux les raisons de nos tristesses, en ce jour de laetare, mais laissons plutôt, tout simplement, déborder de nos cœurs croyant la joie du Seigneur !

Par le père Olric de GELIS