«C’est en raison de la dureté de vos cœurs que Moïse a formulé pour vous cette règle. Donc… »

«C’est en raison de la dureté de vos cœurs que Moïse a formulé pour vous cette règle. Donc… »

L’endurcissement du cœur ! Voilà une attitude anti-évangélique qui, de nos jours, est monnaie courante aussi bien chez les incroyants que chez les fidèles du Christ. Cette attitude fait naître en l’homme des sentiments négatifs qui l’installent dans une indifférence notoire vis-à-vis de Dieu et de ses commandements.

Dieu, à maintes reprises, a reproché à son peuple l’éloignement de son cœur. Jésus le rappelle si bien en citant Isaïe : « Hypocrites ! Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. » (Mt 15,7-8)

Oui, l’endurcissement du cœur finit par nous conduire au péché ; péché d’orgueil, de suffisance, d’égoïsme et surtout d’aveuglement. Nos yeux se ferment sur la réalité du vivre ensemble, au détriment de la communauté et au profit de l’individualisme. Les yeux de notre cœur et de notre intelligence ne parviennent plus à contempler la vérité sur Dieu, la vérité sur l’Homme.

C’est aujourd’hui ce qui anime les débats entre Jésus et les pharisiens au sujet de la loi sur le divorce que Moïse leur a léguée. En réponse à ce problème, Jésus nous amène à voir les choses telles que Dieu les a voulues dès le commencement : « Mais au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme. […] Donc ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. »

Que cette Eucharistie nous aide à reposer dans le Cœur de Dieu afin de vivre de ses sentiments à Lui, qui sont sources de lumière pour nos cœurs !

 

Par le père Roger Koffi Ettien