« Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

«  Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

Quiconque fait la volonté de Dieu reçoit des liens de parenté avec le Seigneur. Il n’est plus isolé. Aucun chrétien, aucun de ceux qui cherchent à faire la volonté du Père n’est isolé. Comme premier parent, il gagne le Seigneur. Tout isolement qu’il pourrait éprouver en tant qu’homme, tout délaissement, toute absence de relations sont surmontés intérieurement par la parenté du Seigneur. Il devient son frère et sa sœur et sa mère. Il n’y a pas de liens entre les hommes qui pourraient être plus étroitement noués que les liens qui unissent au Seigneur et qui proviennent de ce que ce croyant fait la volonté de Dieu. Et quiconque entre dans une telle parenté avec le Seigneur, participe en même temps à la relation du Fils au Père. Il entre dans la communauté familiale trinitaire…

En plaçant notre propre vie dans cette lumière, nous comprenons que Dieu le Fils lui-même nous permet d’appartenir à sa parenté la plus proche si nous faisons la volonté du Père dans notre profession, dans notre vie de tous les jours, dans chaque petite chose que nous devons accomplir. Si nous cherchons en tout à faire ce qui est à lui et à oublier ce qui est à nous, il nous prendra dans le cercle de ceux qui sont pour lui frère et sœur et mère.

  Adrienne von Speyr