Pourquoi l’Épiphanie après Noël ?

Pourquoi l’Épiphanie après Noël ?

Il y a deux semaines nous célébrions la Nativité du Seigneur et nous accueillions la joie provenant de cette naissance salvifique. Aujourd’hui, la liturgie nous propose de fêter l’Épiphanie du Seigneur en nous souvenant particulièrement de la visite des mages auprès de l’Enfant-Jésus. Bien que deux mots distinguent ces fêtes, Noël et Épiphanie, il n’est pas évident de déterminer la spécificité propre à chacune. Nous sommes toujours la crèche. La Vierge Marie est encore présente ; elle demeure avec son fils. Après les bergers, des mages sont conduits vers cet Enfant qui leur est désigné comme Roi puis, comme les bergers, ils repartent chez eux. Le dévoilement de Dieu dans l’Enfant de la crèche et l’invitation à la foi pour ceux qui s’approchent de Lui unissent sans conteste ces deux fêtes. Toutefois, l’Épiphanie suit opportunément Noël et s’en distingue pour deux raisons. La liturgie nous fait d’abord bien comprendre que ces « mages venus d’Orient » symbolisent les nations païennes appelées à la foi en Jésus-Christ. L’Épiphanie se présente de la sorte comme la fête de l’universalité du salut. Ensuite, alors que l’Incarnation de Dieu en Jésus était au cœur de la fête de Noël, l’Épiphanie insiste davantage sur la manifestation de la lumière dans le monde ainsi que le mot « épiphanie » l’indique. Par conséquent, nous sommes invités à suivre l’étoile comme les mages et à nous laisser éclairer par la lumière qui brille. Nous comprendrons alors que nous ne sommes plus dans les ténèbres, et nous nous « réjouirons d’une très grande joie ». En nous donnant son Fils venu dans la chair, Dieu nous a offert la lumière qui éclaire toute notre vie. C’est la bonne nouvelle de cette fête l’Épiphanie, et elle est destinée à tous les hommes. Partageons-la !

Par le père Philippe de Forges